Jack's Blog

Je suis le blog de Jack

Discours de la méthode

Publié le

23 février 2018

Symphoenix

Préambule

J’ai entamé ce voyage sans a priori et les nombreuses années passées à observer les cours m’ont permis d’ouvrir la voie à une exploration débarrassée des modes, des préjugés ou des biais. Ce que j’ai entraperçu m’a laissé sans voix : l’ordre derrière le chaos. Ce n’est pas un terme galvaudé quand on en vient à l’interprétation des faits présentés ici.

Le substrat

Il est nécessaire de bien comprendre la nature du matériau dans lequel évolue les cours. Ce n’est pas un milieu qui obéit à la physique classique. Il n’y a pas de poussée qui se poursuit par une lancée : les cours ne sont qu’une succession de libération d’énergie dans un milieu vide, sans gravité, sans frottement, le vide absolu. C’est une matrice, une toile tendue. C’est bien de cette manière qu’il faut aborder ces mouvements. Quand on voit une hausse verticale, on est enclin à se dire que le mouvement va se poursuivre du fait de l’énergie déployée et qui nous semble, à cet instant, sans limite. C’est l’erreur du débutant ! Cette énergie est bien finie et son déploiement impacte le substrat qui accueille cette manifestation.

Les excès

Les manifestations se font sous forme d’excès sur toutes les unités de temps (UT) considérées. Mais alors, tout cela ne serait qu’aléatoire ? Un gigantesque brouhaha de bruits rose et blanc. Cela serait trop simple, bien que très confortable à représenter. Les excès portent en eux une information essentielle et qui est la quantité d’énergie initiale transmise au mouvement suivant. Imaginez un élastique, vous le tendez en tirant dessus et cette énergie est emmagasiné par l’objet qui cherche aussitôt à la restituer. C’est la même chose sur les marchés. Les mouvements sont comme des enchainements de traction et de détente. De hausse et de baisse.

L’art de relier les excès

Quand vous commencez à vous intéressez aux excès des cours, l’envie première est de les relier pour « voir ». Alors on trace des traits. On relie des crêtes et des creux. En ressort quelque chose qui nous semble être ordonné. Et les gens ont donné des noms à ces figures qui se répètent inlassablement. Mais c’est regarder le doigt du sage qui pointe la lune. Ce ne sont pas les figures qui se répètent, c’est la distribution de l’énergie à travers le temps. Cette régularité est d’une précision d’horlogerie suisse. Mais si on regardait du côté de la prospective…

Projection de ces liaisons dans le futur

La fonction rayon est une bénédiction. La possibilité de prolonger un tracé dans le futur ouvre la voie à la prédiction. Car les croisements de ces projections fixent des points dans l’espace et le TEMPS. Si on se débrouille bien, on parviendra à « saucissonner » le temps en échantillon où se déploie un type de marché : range ou trend.

Intersection des projections

Il est crucial de comprendre que les tracés suivants un mouvement violent renseignent sur la nature de ce qui va suivre et offre une porte sur un futur fait de conditions à réaliser pour que telle autre condition apparaisse. La complexité est « ahurissante ». Ci-joint une illustration de ce que l’on peut contempler

Tronçons de temps

N’oubliez jamais l’aspect temporel dans l’affaire. Les modes sont cycliques, pour la minute comme pour la décennie.


Implications

Nous allons aborder ici les conséquences d’une telle découverte. Le fait que tout se passe en dehors du tracé est primordial. Cela nous dit que ce que nous voyons n’est qu’un théâtre. Une représentation. Les forces qui rendent tous ces éléments possibles sont en-dehors du tableau. La recherche de cet ordre m’a permis de démontrer que le temps transmute les supports en résistances et vice-versa à des moments d’une extrême précision. Cela peut s’appliquer à tous les domaines que l’on souhaite analyser. Il faut rechercher des éléments extérieurs, des « attracteurs étranges ».
Il reste tant à faire mais j’ai façonné mes outils intellectuels durant près d’une décennie et le plaisir de voir toutes les pièces s’emboîter est immense. Je me dois de tempérer mon euphorie afin de me concentrer sur les applications. La médecine pourrait en bénéficier. Imaginez que l’on rende obligatoire les bilans sanguins tous les trimestres, on pourrait dégager des chandeliers OHLC annuels de chaque mesure et ainsi se lancer dans l’analyse. La prévision de la survenue de maladie serait d’une précision redoutable car des fenêtres temporelles à surveiller de près se dégageraient de l’ensemble. C’est ahurissant !
Tous les secteurs pourraient bénéficier de cette découverte.
Il y a définitivement un monde en dehors du monde. Nous ne voyons que le sommet de l’iceberg. Un peu comme si la photo d’un être donnait accès à son ADN. C’est impossible. Il faut des outils pour cela. C’est ce que je me propose de mettre au point. Des outils qui déchiffrent l’ordre derrière l’apparence du chaos. Dire qu’il y en a qui parle de marche aléatoire. Bon sang ! Obscurantisme. Hérésie. Et je peux le démontrer. Je ne recherche pas l’enrichissement personnel mais seulement à aider l’Humanité pour pouvoir me dire que j’ai servi mon prochain. Je vais rencontrer des forces obscures qui voudront être des véhicules du Mal mais le Bien triomphe toujours avec le temps car ce dernier est un juge impartial.
Je suis obligé de rester discret sur le procédé exact…

Classé dans : Economie, Perso

Mots clés : méthode


À lire également :