Jack's Blog

Je suis le blog de Jack

Le FMI augmente la pression sur l’Union Européenne et arrête désormais de prêter à la Grèce. Le FMI est en train de désespérément essayer d’effrayer les Grecs dans le but de les faire rester dans l’Eurozone. La Troïka ne fournira plus aucuns prêts au gouvernement actuel. La Commission Européenne et Wolfgang Schäuble veulent faire savoir aux Grecs que la précédente décision de rester dans l’Eurozone est leur seule alternative. Bien évidemment, c’est pour sécuriser leur job – pas pour faire  ce qui est bon pour l’Europe. La Troïka essaie d’influencer les Grecs, en âge de voter, qu’ils vont devoir clairement prêter allégeance à l’ « Europe » s’ils veulent recevoir de nouveaux prêts.

La Grèce devrait faire défaut MAINTENANT, déclarer faillite sur ses dettes en Euro et continuer son chemin. Les Grecs ont été les plus durement touchés par la mise en place de l’Euro et jeter un coup d’œil à la performance de son marché action reflète la vérité – l’Eurozone a été un désastre. Il n’y a pratiquement aucune création de capital en Grèce. Ses jeunes les plus intelligents ont émigré juste pour pouvoir trouver du travail en-dehors de la Grèce étant donné qu’il y a aucune opportunité là-bas. Les directives de Bruxelles sont des rêves d’avocats avec ZERO expérience économique. Il est question ici pour eux de s’accrocher à leurs rêves politiques – pas de faire ce qui est bon pour le peuple européen. L’idée même de l’Euro a été un cauchemar total et le plus tôt il sera démoli, le plus tôt l’économie repartira.

Quand viendra le temps des élections, ils les truqueront du mieux qu’ils le pourront comme ce que l’Union Européenne a fait en Ecosse et avec leur utilisation de la Cour espagnole pour retirer le droit de voter au peuple espagnol. Tout est une question de conservation de pouvoir à Bruxelles. Peu importe qu’ils sachent ou non ce qu’ils sont en train de faire.

 

Source : http://armstrongeconomics.com/2015/01/03/troika-stops-loans-to-greece-trying-to-force-greeks-to-stay-in-euroland/ (2015-01-03)

Classé dans : Economie, Politique

Mots clés : Troïka, Grèce, prêts, Martin Armstrong


À lire également :