Jack's Blog

Je suis le blog de Jack

                                             

QUESTION : Merci pour l'explication sur ce qu'est le système de réserves fractionnaires. Ca clarifie le véritable objectif et l'impact de cette question sur l'économie. Pourriez-vous maintenant expliquer ce qu'est un assouplissement quantitatif ? Il semble que ce soit là qu'ait lieu la création de masse monétaire à partir de rien.

cs

REPONSE : Là, on rentre dans une tout autre catégorie. La Réserve Fédérale a été fondée avec la capacité à pouvoir créer une quantité ELASTIQUE d'argent - ce qui n'est pas le rôle des autres banques. A l'époque, la théorie était que lorsqu'une contraction de l'économie se ferait sentir, la FED interviendrait en augmentant de manière TEMPORAIRE la quantité d'argent en circulation. Elle a en effet la capacité d'augmenter la masse monétaire afin de court-circuiter cette contraction, qui est le moment où les marchés cherchent à atteindre un point d'équilibre. L'argent créée avec un effet de levier sous forme de prêts bancaires permet la croissance économique et cela accélère l'appréciation des avoirs. Quand une récession/dépression survient, les gens vendent leurs avoirs, inversant l'effet de levier en cherchant à obtenir de l'argent liquide.

C'est le cycle d'expansion/contraction et la nature humaine le fait aller dans un sens puis dans l'autre. Donc la théorie était que le Fed se devait d'avoir la capacité à pouvoir créer de l'argent à partir de rien par le biais d'une influence ELASTIQUE sur la masse monétaire. Augmenter cette masse monétaire aurait théoriquement modifé ce point d'équilibre recherché par les marchés et donc stoppé la contraction de capitaux.

Bien que la théorie soit logique quant à l'objectif poursuivi, cela est encore basé sur une ancienne vision du monde qui veut qu'une économie soit purement domestique. Dernièrement, la FED s'est servie de ce pouvoir ELASTIQUE de créer de l'argent électroniquement en achetant des obligations à 30 ans. Elle a supposé que les détenteurs étaients américains et donc qu'elle augmenterait de la sorte la masse monétaire localement, court-circuitant ainsi la contraction déflationniste. Ceci a échoué à stimuler les prêts à long-terme parce qu'il n'y avait aucune CONFIANCE dans le futur et nous constatons toujours à l'heure actuelle une réduction de la liquidité.

Par voie de conséquence, les assouplissements quantitatifs 1 à 3 ont échoué à produire de l'inflation parce qu'environ 40% de la dette était détenue à l'étranger et que cette part a diminué du fait que les banques centrales se soient tournées vers le marché actions. La Chine et les autres ont réduit leur exposition aux obligations à long-terme pour se tourner vers du court-terme. Donc l'augmentation de la masse monétaire n'est pas restée confinée à l'économie domestique. Les marchés émergents ont augmenté leurs dettes émises en dollar de 7 000 milliards de $ contre une augmentation du budget de la Fed de seulement 3 000 milliards.

La contraction des avoirs a été bien plus grande que l'augmentation induite par la FED, même en se concentrant juste sur la perspective domestique. Alors quand on la compare à l'échelle de la planète, cela a été une goutte d'eau dans l'océan. Cependant, cela va produire un effet inverse car le paiement des intérêts de la dette va excéder le budget de la défense en 2020 et avec une augmentation des taux d'intérêt, on aura alors de l'inflation.

 

Source : http://armstrongeconomics.com/2015/04/10/feds-ability-to-create-money-from-thin-air/ (2015-04-10)

Classé dans : Economie

Mots clés : FED, masse monétaire, Martin Armstrong


À lire également :