Jack's Blog

Je suis le blog de Jack

« Si j’avais une heure pour résoudre un problème, je passerais 55 minutes à réfléchir au problème et 5 à penser aux solutions. » Albert Einstein

 

QUESTION : Marty, je suis un lecteur assidu et un grand fan. Mon esprit fonctionne désormais mieux que jamais et j’approche de la soixantaine.  Merci d’essayer d’améliorer la société d’une manière aussi désintéressée. Ma question du jour est celle-ci… comment parvenez-vous à faire tout ce que vous faites ? Ce à quoi je fais référence est l’extraordinaire leçon d’Histoire que vous dispensez, habituellement plus d’une fois par jour. J’imagine que votre intellect est comme une grande encyclopédie pour être capable de ressortir et d’assembler autant de détails de la façon dont vous le faites. Oui, je suis au courant de la puissance de l’informatique, mais il y a une touche personnelle qui va au-delà d’une simple recherche. Bravo, et que Dieu vous bénisse !

Merci

BD

Le père et mari le plus heureux du monde.

REPONSE : Je vais répondre à cette question en espérant que peut-être cela changera un jour la façon dont on conduit l’enseignement à l’école et que cela déclenchera un véritable nouvel âge de la connaissance. Pour résoudre n’importe quel problème, vous ne pouvez pas faire appel au même raisonnement qui a conduit à ce problème. Les probabilités veulent que, si vous lisez ce blog vous êtes 1) enclin à penser en dehors des sentiers battus, 2) prêt à garder un esprit ouvert et à vouloir sous-peser les différents arguments soulevés lors d’un débat, et 3) un anticonformiste. Bienvenue au club des génies. Oui – vous êtes probablement un génie car ceci n’est pas caractérisé par quelqu’un qui sait tout sur tout mais par quelqu’un qui pense de manière dynamique, observant et tirant de toute chose l’entourant un enseignement.

Oui, le vieil adage qui dit que « « A » élèves travaillent pour « C » élèves et que « B » élèves travaillent pour le gouvernement » reste profondément vrai. Le système éducatif craint et il est conçu pour formater des conformistes. J’ai précédemment écrit « Pourquoi ceux qui abandonnent leurs études réussissent mieux que les autres ? » En toute honnêteté, l’éducation formelle est en train de détruire le soi-disant âge de la connaissance. Les Asiatiques pensent différemment et ils excellent bien plus dans la programmation que leurs homologues Occidentaux car ils voient des schémas répétitifs instinctivement puisque leur langage écrit est pictural et qu’ils croient profondément à l’aspect cyclique des choses.

J’avais pour habitude de me mettre dans une colère noire quand les gens ne trouvaient comme meilleur argument que de me qualifier de génie afin de ne pas avoir à débattre avec moi. J’avais le sentiment que j’étais normal et dans la moyenne pour la raison même que ce que je percevais relevait juste du bon sens et qu’ils se sentaient obligés de me qualifier de génie pour ne plus se sentir abrutis. Et puis un de mes amis avec qui j’avais pour habitude de sortir un soir par semaine, psychiatre, et non psychologue, m'a dit que tous les individus ne pensent pas de la même manière. Il me confia que je pensais d’une manière dynamique, observant tout ce qui m’entourait tandis que la plupart des gens pensaient de manière linéaire – se concentrant uniquement sur « une cause équivaut à un effet ». Ce sont typiquement ceux qui sont au gouvernement ou qui se lancent dans la politique et remplissent le système judiciaire – penseurs unidimensionnels au mieux. Ils appartiennent au groupe B des élèves qui sont comme des perroquets répétant simplement ce qu’on leur a appris sans aucune pensée originale – les conformistes typiques.

« Deux choses sont infinies. L’univers et la stupidité humaine… et je ne suis pas si sûr de cela au sujet de l’univers. » Albert Einstein

On a posé cette question à Einstein un nombre incalculable de fois. Ces réponses étaient intéressantes mais je ne suis pas sûr qu’elles fussent réellement utiles. C’est vrai, il existe de nombreuses personnes bloquées dans leurs têtes sur certains sujets dont ils ne peuvent s’extraire puisqu’ils sont réticents à écouter un point de vue différent du leur. Ils sont acquis à une idée et sont prisonniers de leur propre intellect, incapables d’imaginer qu’ils puissent avoir tort.

La question devient : Pouvons-nous entraîner l’esprit à être plus aiguisé et à voir toutes les dynamiques du monde qui nous entoure ? Est-ce vraiment réalisable que de volontairement s’entraîner à penser différemment ?

J’ai eu des amis qui ont bénéficié de ma tentative visant à leur montrer comment percevoir le monde dans toute sa splendeur grâce à une vision dynamique. Cela m’a encouragé dans l’idée que peut-être nous puissions changer les méthodes d’apprentissage. J’ai écrit sur l’éducation et montré que les personnes les plus connues ayant fondé des entreprises majeures ont toutes abandonné leurs études en cours de route. Le lien commun entre elles est une volonté de sortir des sentiers battus et de cette manière, ils deviennent des anticonformistes. J’ai déjà cité ce passage du « Last Lion », au sujet de Winston Churchill.

« Il y avait clairement quelque chose de bizarre ici. Winston, comme le concéda Davidson, était le garçon le plus capable de sa classe. Il était, en fait, remarquable. Sa compréhension de l’Histoire était hors-norme. Malgré tout, il était considéré comme un cas désespéré. Il n’est venu à l’esprit de personne que la faute puisse incomber, non pas au garçon, mais à l’école. Samuel Butler définit le génie comme « la capacité suprême à mettre ses détenteurs dans des problèmes de toutes sortes » et il est ironique de se dire que les génies sont ceux qui ont le plus de chance d’être incompris dans une classe. Des études menées à l’Université de Chicago et à celle du Minnesota ont montré que les professeurs sourient plus aux enfants ayant un QI élevé et froncent davantage les sourcils devant ceux qui ont un esprit créatif. Les élèves intelligents mais souffrant d’un manque de créativité acceptent la conformité, ne se rebellent jamais, et s’acquittent de leurs tâches rapidement et à la perfection. L’enfant créatif, d’un autre côté, est manipulateur, débordant d’imagination et intuitif. Il est enclin à harceler son professeur. Il est vu comme sauvage, vilain, bête, manquant de fiabilité et de sérieux ou même comme étant dépourvu d’avenir. Son comportement est distrait ; il n’a pas l’air de vouloir essayer ; il donne des réponses simples à des questions banales, cherchant à déclencher l’hilarité chez ses camarades. E. Paul Torrance du Minnesota a montré que 70 pourcents des élèves  testés comme ayant une haute capacité créative étaient exclus par les professeurs chargés de sélectionner une classe spécialement dédiée aux surdoués. Les Goertzels conclurent qu’une étude de Stanford mené sur le génie, où les professeurs auraient sélectionné des enfants intelligents, aurait exclu Churchill, Edison, Picasso et Mark Twain » p.158-159 ; Vol I

Richard E. Nesbett a écrit un bon livre intitulé « La géographie de la pensée : En quoi les Asiatiques et les Occidentaux pensent-ils différemment… et pourquoi » Il a attribué son travail à un étudiant Chinois qui lui a dit : « Vous savez, la différence entre vous et moi est que j’estime que le monde est un cercle et que vous pensez que c’est une ligne. » Il continue en le citant :

« Les Chinois croient au changement perpétuel, mais avec les choses revenant toujours à une sorte d’état antérieur. Ils font attention à un vaste champ événementiel ; ils recherchent les relations existantes entre les choses ; et ils pensent que vous ne pouvez comprendre une portion sans comprendre le tout. Les Occidentaux vivent dans un monde plus simple et plus déterministe ; ils concentrent leur attention sur les objets ou les personnes sortant de la masse au lieu de s’intéresser à une vue d’ensemble ; et ils pensent qu’ils peuvent contrôler les événements parce qu’ils connaissent les règles qui gouvernent le comportement des objets. »

« Un homme devrait rechercher ce qui est, et non ce qu’il pense qui devrait être. » Albert Einstein

Pour apprendre, vous DEVEZ ABSOLUMENT garder un esprit ouvert. Vous ne pouvez pas faire de la recherche dans le but de prouver une idée préconçue. Car alors tout ce que vous verrez ne sera que ce que vous voulez voir. Ne présupposez rien et laisser la recherche vous enseigner. C’est la SEULE façon d’apprendre.

Les cycles sont dans la Nature et ils font partie intégrante du processus de pensée en Asie. Notre cerveau est même physiquement parcouru par des ondes cérébrales et malgré tout, les Occidentaux ne croient généralement pas aux cycles. Aussi longtemps que l’on persistera à voir le monde comme linéaire en Occident, nous ne pourrons faire un pas de plus en avant. Les politiques sont toutes basées sur ce monde linéaire – votez pour moi et vous obtiendrez le changement. Les politiciens ne peuvent inverser une tendance qui est mondiale et malgré tout, ils ne reconnaîtront même pas qu’il y a un monde hors de leur propre sphère.

Si nous ENSEIGNONS comment voir les schémas répétitifs et les connections qui s’étalent autour de nous, alors peut-être que nous pourrons faire ce bond en avant en tant que société. Autrement, nous resterons piégés à nous torturer l’esprit en répétant les mêmes erreurs éternellement.

 

Source : http://armstrongeconomics.com/2015/04/14/how-to-think-may-be-the-key-to-everything/ (2015-04-14)

Classé dans : Divers

Mots clés : Einstein, Churchill, cycle, occident, asie, Martin Armstrong


À lire également :