Jack's Blog

Je suis le blog de Jack

"Le Venezuela et son hyperinflation" par Martin Armstrong

Publié le

23 août 2015

Symphoenix



L'hyperinflation vénézuélienne sur laquelle se focalise la presse illustre les causes réelles qui se cachent derrière un tel événement - l'écroulement total de la confiance dans la chose gouvernementale. Ceci n'est pas une question de quantité d'argent mise en circulation car ça reviendrait à mettre la charrue avant les boeufs. Lorsque la confiance disparaît, les gens se mettent à douter de leur propre gouvernement et se tournent vers l'utilisation de la monnaie des pays limitrophes. Ce fut le cas lorsque l'hyperinflation frappa l'Allemagne à l'issue de la première guerre mondiale, ainsi que pour d'autres pays d'Europe de l'Est sans oublier le Zimbabwe. La confiance s'effondrant, cette situation pousse le gouvernement à émettre de plus en plus d'argent. Ceux qui survivent à ce genre d'événement ne comptent plus que sur des biens tangibles et sur la monnaie des pays voisins.

C'est la raison pour laquelle le dollar s'apprécie face aux autres monnaies en ce moment. Le monde n'est pas en train d'entrer dans une période d'hyperinflation, il s'agit ici de la manifestation d'un déclin dans la confiance accordée aux marchés émergents et à l'Europe. A mesure que ce déclin devient manifeste, il apparait clairement que le SEUL endroit où l'on peut placer son argent est le dollar US.

Il n'y AUCUN risque que les USA connaissent une situation d'hyperinflation car pour que cela arrive, il faudrait que les autres pays du globe soient en position de force et que les Américains aient recours à la monnaie d'autres pays. Nous nous dirigeons vers une Crise de la Dette Souveraine où effectivement, on va avoir affaire à un redémarrage forcé du système dans son ensemble - les touches "ctrl-alt-suppr" sont en train d'être enfoncées.

 

Source : http://www.armstrongeconomics.com/archives/36109 (2015-08-23)

Classé dans : Economie, Politique

Mots clés : Venezuela, hyperinflation, confiance, dollar, Martin Armstrong


À lire également :