Jack's Blog

Je suis le blog de Jack

Et tu étais car je suis. Et nous fûmes car tu seras.

Publié le

04 novembre 2014

Symphoenix

Des filets d’eau serpentaient sur les vitres tels des affluents miniatures. On regardait silencieusement à travers la fenêtre la pluie battre les carreaux de son rythme irrégulier, mais certain.

A ce moment précis, on croyait savoir ce qu’était l’amour. La vie était comme suspendue. Ta tête, reposant sur mon ventre, s’élevait au rythme de ma respiration. Nous étions juste bien. L’impression d’être en adéquation avec le temps, le lieu et… l’être cher. D’être sur les rails de sa propre destinée. D’enfin avancer alors qu’immobiles. Paradoxe étrange mais familier aux périodes d’illumination.

Le temps semblait s’étirer alors que l’on revivait intérieurement notre journée, notre soirée, notre nuit. Tout cela apparaîtrait certainement dans quelques années comme la plus belle des périodes. Quelle injustice de pouvoir tremper ses lèvres dans la pure extase avant de nous la voir retirer aussitôt…

Et tu étais car je suis. Et nous fûmes car tu seras. Déclaration informulée. Le silence recèle en lui une puissance acoustique infinie. Alors on l’écoute. Espérant de la mélodie du vide qu’elle ne nous quitte plus. Alors on l’écoute, encore…

Classé dans : Perso

Mots clés : amour


À lire également :