Jack's Blog

Je suis le blog de Jack

La société et le terrorisme

Publié le

18 juin 2016

Symphoenix

Est-ce que les actions terroristes, peu importe l’idéologie entraînant leur matérialisation, marquent les prémices de ce à quoi va ressembler l’expression populaire dans nos sociétés occidentales pour les 15 ans qui viennent ?

Entre l’homosexuel refoulé d’Orlando décidant de détruire ceux qu’il n’a jamais réussi à pleinement aimer, le taré qui assassine 2 flics en France sous les yeux de leur fils de 3 ans et le dinguo Anglais qui tire, poignarde et balance des coups de pied (dans cet ordre) à une députée, on peut s’interroger sur ce qu’est devenue l’expression de la contradiction… C’est comme si la frustration, de manière globale, ne pouvait plus prendre comme seule forme que l’éradication de l’Autre. Qu’est-il advenu de l’échange d’opinions permettant aux partis impliqués de progresser sur le chemin de la Connaissance ?

L’heure est me semble-t-il à la sécession sur tous les fronts possibles : l’Europe est en en train d’imploser, les mouvements séparatistes sont de plus en plus audibles et le populisme l’emporte sur toutes les autres formes de discours.

Ma théorie est que ce qui se déploie à une échelle macroscopique, le fait également à un échelon microscopique, c’est-à-dire individuel. On assiste en effet à un morcellement de la Chose intellectuelle (une sorte de repli de la Pensée) qui laisse à croire que nous détenons tous une Vérité et que l’Autre, s’il vient percuter cette dernière, doit être éliminé car représentant une menace, de par son existence, pour la bonne tenue de notre Être.

Nous sommes les purs objets de notre temps. On nous a placé, en tant que consommateur, sur un piédestal où tout devait être fait pour nous satisfaire. Qui n’a jamais entendu le fameux : le client est roi ? On est ainsi entré, de gré ou de force, dans la grande secte du consumérisme. On s’est habitué à cet état d’êtres déifiés et quiconque se permet de remettre en cause cette vision que l’on se fait de nous-mêmes est de suite identifié comme l’Ennemi.

Le processus de radicalisation islamiste n’agit pas de manière différente : il fait ressentir à l’individu ciblé qu’il est en « réalité » un être exceptionnel mais que la société qui l’a engendré est responsable de tous ses maux, notamment son complexe d’infériorité, et donc que sa mission est de le lui faire payer par des actions extrêmes. La religion ne sert que de prétexte, de vecteur.

Alors attention, je ne serais pas étonné de voir ce qu’il faut absolument qualifier de « terrorisme » se généraliser à toutes les franges de la population souffrant de l’impression de ne pas avoir la place qu’elles pensent mériter.

La seule solution pour désamorcer cette spirale mortifère est d’œuvrer pour que chacun se sente appartenir à ce Tout magnifique que représente le Monde et sa diversité…

Classé dans : Perso

Mots clés : société, terrorisme


À lire également :