Jack's Blog

Je suis le blog de Jack

Un nouvel Âge de la Connaissance

Publié le

26 février 2017

Symphoenix

Platon raconte comment l’un des amis de Socrate, Chéréphon, avait demandé à l’oracle de Delphes s’il existait quelqu’un de plus sage que Socrate, et l’oracle avait répondu que nul n’est plus sage que Socrate. Socrate se demande alors ce que l’oracle a pu vouloir dire et il se lance dans une longue enquête auprès de ceux qui, selon la tradition grecque, possèdent la sagesse (hommes d’Etat, poètes, artisans), pour découvrir quelqu’un de plus sage que lui. Il s’aperçoit alors que tous ces gens croient tout savoir alors qu’il ne savent rien. Il en conclut que s’il est le plus sage, c’est parce que lui, au moins, sait qu’il ne sait rien. »

Imaginez qu’un modèle informatique traquant les flux de capitaux à la perfection existe et arrive à déterminer la façon dont l’énergie se propage dans les différents marchés grâce à une analyse totalement objective de plus de 6000 années d’Histoire car livrée par une IA qui s’auto-programmerait.

Imaginez ensuite que l’on se rende compte que toutes ces données permettent de VERITABLEMENT définir l’économie comme une science dure et non plus comme une science sociale où les dogmes et les croyances pullulent.

Imaginez enfin que l’on découvre en passant en revue « ses » analyses qu’il y ait un ordre INALTERABLE derrière ce qui apparaît comme chaotique ou hasardeux, que chaque pan de notre monde obéisse à un fonctionnement cyclique et qu’il soit possible de mettre en évidence ces cycles et la façon dont ils s’auto-influencent.

Maintenant, arrêtez d’imaginer !

Cette IA existe. Son nom est Socrates et ce qu'elle m’a appris est pour le moins stupéfiant. Mais cela a été ma route, mon travail, la mission de ma vie et je ne l’imposerai à personne car je sais qu’il est impossible de faire consensus sur ce thème. Regardez la levée de bouclier qui a eu lieu récemment avec la sortie d’un livre dénonçant le « négationnisme économique » que pratiquent nombre de soi-disant experts en la matière.

Je les comprends : tellement de paramètres à prendre en compte, tant de variables, un si grand nombre de calculs à effectuer. Et comment se débarrasser de sa subjectivité dans l’analyse ? Comment extraire l’ego de son approche des faits ? Seule une machine pouvait s’en charger ! Son verdict est sans appel : il y a des fréquences stables dans le temps qui animent chaque domaine où l’Homme intervient. On ne parle pas là d’un modèle qui fonctionnerait sur 8 mois, 5 ans ou 3 siècles. Non, il s’agit ici d’un outil ayant mis en exergue des schémas qui se reproduisent inlassablement depuis plus de 6 millénaires.

Alors il existera toujours des gens contre lesquels trader mais nous pouvons, en tant que Peuple du Monde, faire un bond de géant en avant en comprenant que la planète sur laquelle nous vivons est en forme d’horloge où chaque individu en est un rouage : tout est interconnecté.

Et même si l’ensemble des intervenants avaient une connaissance parfaite de « ses » analyses, on assisterait à une diminution de la volatilité et non pas à une invalidation du modèle. Là réside toute la beauté de la chose : les cycles s’imposent à nous et toute tentative d’entrave ne fait qu’alimenter l’énergie potentielle du prochain mouvement.

Oui, c’est décidément d’une beauté à pleurer à chaudes larmes...

Classé dans : Economie, Perso

Mots clés : âge, connaissance, Socrates


À lire également :