Jack's Blog

Je suis le blog de Jack

Articles de la catégorie « Perso »

Fluctuat nec mergitur

12 juillet 2018

Symphoenix

Publicités réussies - 2

09 juillet 2018

Symphoenix

Structure d’une entreprise organique

27 février 2018

Symphoenix

Oubliez la hiérarchie verticale, elle fait partie du passé. Nous allons désormais droit vers une organisation de type nodal et établie sur un plan horizontal. Alors voici un modèle d’entreprise basé sur une recherche d’efficience.

La Nature a impulsé la genèse de cette structure. Nos cellules et organes sont le fruit de millions d’années d’évolution alors pourquoi ne pas caler le fonctionnement d’une Chose comme l’Entreprise sur une approche organique.

On démarre à partir d’une personne, productrice de richesses. Mois après mois, elle produit, gagne un salaire et des points, unités de valeur issues d’une fonction mathématique complexe intégrant de nombreux facteurs tels que la trésorerie, la croissance globale mais aussi le nombre d’employés. Elle en accumule suffisamment pour lui permettre d’engager une autre personne. Ce nouvel entrant reçoit ses ordres de mission, un pécule (si la mission l'exige) dont le montant est fixe pour tous les nouveaux arrivants et une garantie d’embauche de 6 mois au bout desquels une évaluation générale des performances est menée. Durant ces 6 mois, le recruteur a la charge de la recrue et se doit de faciliter son intégration au sein de la structure. Il n’y a pas de lien de subordination entre la recrue et le recruteur, les ordres de mission et l’évaluation finale sont là pour ça. Si les ordres de mission sont tous effectués avant la fin de la phase d’essai, la recrue a en charge de veiller au bon fonctionnement de ce qu’il a créé. La rentabilité ne s’évalue pas uniquement sur des points comptables mais intègre aussi des critères « humains ». L’évaluation finale l’établit et si c’est rentable : on garde, si ça ne l’est pas : on ne renouvèle pas le contrat et on recommence.

Lire la suite

Discours de la méthode

23 février 2018

Symphoenix

Préambule

J’ai entamé ce voyage sans a priori et les nombreuses années passées à observer les cours m’ont permis d’ouvrir la voie à une exploration débarrassée des modes, des préjugés ou des biais. Ce que j’ai entraperçu m’a laissé sans voix : l’ordre derrière le chaos. Ce n’est pas un terme galvaudé quand on en vient à l’interprétation des faits présentés ici.

Le substrat

Il est nécessaire de bien comprendre la nature du matériau dans lequel évolue les cours. Ce n’est pas un milieu qui obéit à la physique classique. Il n’y a pas de poussée qui se poursuit par une lancée : les cours ne sont qu’une succession de libération d’énergie dans un milieu vide, sans gravité, sans frottement, le vide absolu. C’est une matrice, une toile tendue. C’est bien de cette manière qu’il faut aborder ces mouvements. Quand on voit une hausse verticale, on est enclin à se dire que le mouvement va se poursuivre du fait de l’énergie déployée et qui nous semble, à cet instant, sans limite. C’est l’erreur du débutant ! Cette énergie est bien finie et son déploiement impacte le substrat qui accueille cette manifestation.

Lire la suite

De l'abolition du sens critique

25 août 2017

Symphoenix

En ces temps si particuliers de profondes mutations, l’un des dangers auquel nous sommes confrontés est la mise en péril du sens critique.

 

Ceci est la conséquence de la saturation des sens par une information que l’on accepte de considérer. En effet, en envisageant tous les flux de données que l’on subit ou choisit de subir, on ne peut que convenir qu’un tri pertinent ne peut plus s’effectuer efficacement. Ainsi, nous nous en remettons à une considération purement reptilienne des avis émis, c’est-à-dire mobilisant l’affect.

 

Plus de 60% des articles partagés sur les réseaux sociaux ne l’est que du simple fait du titre qu’ils arborent. On ne lit plus le contenu mais nous nous fions à l’intitulé, souvent racoleur. Ceci explique pourquoi les fake news sont si largement diffusées et trouvent écho chez bon nombre de personnes. Les systèmes de perceptions sont juste arrivés à saturation. Un peu à la manière d’une zone tampon qui ne jouerait plus son rôle de frein, d’amortisseur. On est donc contraint de réagir dans l’instant sous peine de passer à côté d’autres événements. L’accélération de la vélocité de l’Information ne peut que conduire à une aggravation de ce phénomène.

 

Les sectes ne procèdent pas autrement. Elles submergent l’individu ciblé d’une Information nouvelle, ou apparaissant comme telle, qui, par sa masse et l’intérêt qu’elle suscite, abolit la Raison.

 

Notre société actuelle est désormais sectaire dans son fonctionnement intrinsèque : nous sommes devenus déraisonnés et agissons de manière déraisonnable.

Trump gagne sur l'émotionnel

23 août 2017

Symphoenix

Andy Warhol n’aurait pas pu rêver plus efficace en terme d’obtention de quarts d’heure de célébrité. Il suffit aujourd’hui d’affirmer haut et fort que M. Trump est un con pour être encensé le temps d’un instant savoureux. Ainsi, nous assistons à un balai de personnalités en mal d’amour aller à la soupe, tel que M. Lang déclarant que M. Trump a très mal géré le dossier nord-coréen. Quelle légitimité a-t-il sur ce dossier ? Les arcanes du pouvoir ne lui sont plus familières depuis quelques temps déjà alors pourquoi relayer la parole d’un ancien ministre de la culture sur un dossier touchant à la géo-politique ?

M. Trump a certes de nombreux défauts qui le rendent détestable sur bien des plans mais cette question doit être laissée aux discussions se tenant dans les différents cafés du commerce de la planète. Ne serait-il pas temps d’accepter que M. Trump a gagné les élections présidentielles américaines de 2016 et de réfléchir non pas à ce qu’il est, en tant que personne, mais aux phénomènes qui l’ont porté au pouvoir ? Cela servirait surement à permettre un retour à une forme d’apaisement par la Raison.

En l’état, M. Trump a gagné non seulement les élections mais également, par les réactions au combien biaisées qu’il provoque, la guerre de l’affect. Il est en permanence dans l’émotion et nous a conduit, par effet miroir, à réagir comme lui le fait. Alors cessons de lui accorder cette capacité qu’il a à cliver les consciences par des réactions purement émotionnelles pour enfin nous unir et combattre ce qu’il y a à combattre sur le terrain des raisons de sa réussite. Déminons, oui, déminons, un terrain au combien dangereux par la fertilité induite si propice à la germination des graines du rejet de l’Autre.

Lire la suite

Du langage des machines

06 août 2017

Symphoenix

Facebook a annoncé en juillet 2017 mettre un terme à la conception d'un module d'IA visant à communiquer avec ses utilisateurs de manière autonome. La raison ? Les ordinateurs se sont mis à ne plus utiliser l'anglais pour converser mais ont développé leur propre langage.

Cela a interpellé beaucoup de monde, faisant craindre un événement à la Skynet.

Mais il faut bien comprendre que le langage n'est que manipulation de concepts. Pour un polyglotte, j'entends par là quelqu'un qui parvient à réellement raisonner dans une langue différente de sa langue natale, cela va de soi. En Occident, nous encapsulons des représentations dans des ensembles de lettres et ce processus prend des formes nouvelles chaque jour. Hypothétiquement, si on employait le terme MDR dans une discussion avec Montesquieu, sa réaction serait sans doute résumée par un WTF !

Lire la suite

Démolition de la Tour de Babel

02 juillet 2017

Symphoenix

Au Japon, du fait d’une superficie limitée, on construit en hauteur. C’est un processus purement adaptatif, impulsé par la Nature, qui permet de continuer de croître lorsque s’étaler n’est plus possible. Mais, à partir de quel seuil peut-on considérer qu’il est dangereux de poursuivre l’ascension ? Y a-t-il une limite où ce qui relève du développement vient menacer la survie d’une entité ?
Extrapolons : N’est-on pas allé trop loin dans notre quête de la Connaissance en utilisant les seules capacités intellectuelles comme discriminant ? L’importance de la force physique étant devenue très relative pour celui qui n’est pas sportif professionnel…
Cette question mérite d’être posée car, si l’on considère cette quête comme une tendance, l’analyse cyclique nous met en garde contre un reflux possible. Alors, à vouloir institutionnaliser le réveil des consciences, ne va-t-on pas assister à un crash façon obscurantisme moyen-âgeux ?

1- Remise en question de ceux qui détiennent le Savoir

L’arrivée d’Internet interroge sur l’importance du Savoir. Est-il si essentiel que cela lorsque la Connaissance est rendue accessible à tous, partout et instantanément ? Comme le Savoir n’est qu’une incarnation de la Connaissance, une appropriation, que dire d’un obstacle, ici l’acquisition, n’agissant plus comme un filtre ? N’a-t-il pas perdu sa fonction première d’obstacle ? Le « savoir réfléchir » n’est-il pas plus important que le seul « savoir » ? Et si apprendre était en réalité un enseignement portant sur la façon de se comporter avec un savoir élargi ? Cela signifierait qu’il est extrêmement dangereux de le rendre universel, sans une éducation portant sur sa gestion. Pourtant, dans une poussée aux aspirations communistes, c’est ce qui est en train de se passer car le partage d’une donnée, qui n’a plus de propriétaire sinon l’intérêt collectif, est une fonction fondamentale du web. La lutte des classes Acte II se joue actuellement sur la toile où il y a mise en commun de ressources d’importance qui sont ensuite redistribuées à la multitude.

 

Lire la suite

Hystérique fabrique de démons

14 mai 2017

Symphoenix

Hystérique fabrique de démons. Utérus du Malin qui, se développant, se nourrit de sa mère. Jupiter a bien tenté de participer à la sanguinaire bataille, en vain. Tous les 1000 ans, il est libéré. Mais quelle peut bien être sa forme actuelle ? La sécession de la Pensée !

L’enfer, c’est les autres, n’est-ce pas ? Alors allons-y gaiement, empruntons donc la voie de la rupture avec nos semblables. Chemin glissant qui conduit à la perte de ce qui forge notre humanité. Coupons les liens qui nous unissent à la bouée de la sauvetage que représente la coopération vertueuse des êtres. Que nous restera-t-il à la fin de cet épisode ? Rien que nos yeux pour pleurer… à chaudes larmes.

Lire la suite

Un nouvel Âge de la Connaissance

26 février 2017

Symphoenix

Platon raconte comment l’un des amis de Socrate, Chéréphon, avait demandé à l’oracle de Delphes s’il existait quelqu’un de plus sage que Socrate, et l’oracle avait répondu que nul n’est plus sage que Socrate. Socrate se demande alors ce que l’oracle a pu vouloir dire et il se lance dans une longue enquête auprès de ceux qui, selon la tradition grecque, possèdent la sagesse (hommes d’Etat, poètes, artisans), pour découvrir quelqu’un de plus sage que lui. Il s’aperçoit alors que tous ces gens croient tout savoir alors qu’il ne savent rien. Il en conclut que s’il est le plus sage, c’est parce que lui, au moins, sait qu’il ne sait rien. »

Imaginez qu’un modèle informatique traquant les flux de capitaux à la perfection existe et arrive à déterminer la façon dont l’énergie se propage dans les différents marchés grâce à une analyse totalement objective de plus de 6000 années d’Histoire car livrée par une IA qui s’auto-programmerait.

Imaginez ensuite que l’on se rende compte que toutes ces données permettent de VERITABLEMENT définir l’économie comme une science dure et non plus comme une science sociale où les dogmes et les croyances pullulent.

Imaginez enfin que l’on découvre en passant en revue « ses » analyses qu’il y ait un ordre INALTERABLE derrière ce qui apparaît comme chaotique ou hasardeux, que chaque pan de notre monde obéisse à un fonctionnement cyclique et qu’il soit possible de mettre en évidence ces cycles et la façon dont ils s’auto-influencent.

Maintenant, arrêtez d’imaginer !

Lire la suite

Fil Rss des articles de cette catégorie

page 1 sur 6 suivante »